Les préhistoriens étudient les collections du musée

En cette période éloignée de la fréquentation estivale, le site du Pech Merle accueille régulièrement des chercheurs pour l’étude des collections du musée de préhistoire.

Installés dans une salle de travail à l’étage du musée, les préhistoriens sortent des tiroirs les kilos de silex, d’ossements ou de poteries.

Parmi ces chercheurs il y a Sylvain Ducasse, jeune chercheur au CNRS à Bordeaux, spécialiste de l’outillage en silex du Paléolithique supérieur. En cette fin novembre il est venu passer une semaine pour étudier les pièces de la grotte de Pégourié (Caniac du Causse). Sa recherche porte précisément sur deux couches du gisement, celles qui contiennent les vestiges de la culture préhistorique du Badegoulien (il y a entre 20 et 23.000 ans). Cela concerne plusieurs centaines d’objets à observer, étudier, enregistrer. Le but est de comprendre comment les tailleurs badegouliens réalisaient leurs outils (approvisionnement, chaine opératoire, utilisation, usure…).

L’analyse de Sylvain Ducasse vient compléter le travail mené par d’autres chercheurs comme celui de Jean-Marc Pétillon (CNRS Toulouse).  Ce scientifique étudie depuis 2 ans la fabrication des outils en os ou bois de renne des mêmes couches du site.
En 2016 il a effectué des prélèvements pour réaliser des datations au carbone 14 sur quelques objets. Les résultats sont attendus pour 2017.