Etude des collections du musée : lAbri Murat (Rocamadour)

En février 2017, une équipe de 5 chercheurs est venue passer une semaine d’étude sur la collection de l’abri Murat conservée dans les réserves du musée de Préhistoire. Ce site archéologique situé près de Rocamadour, a été découvert par l’abbé Lemozi en juin 1914. A la fin de la 1ere guerre mondiale, puis dans les années 30, Amédée Lemozi réalise la fouille de cet abri sous roche sans en terminer la publication. Puis c’est Michel Lorblanchet d’engager d’autres fouilles dans les années 80 qui ont livré un matériel abondant datant de la toute fin du paléolithique (cultures du Magdalénien et de l’Azilien). Parmi les 40.000 pièces que compose la collection, il y a en particulier des oeuvres d’art gravées sur os, galet et plaquette de calcaire : ce sont des pièces d’art mobilier. 

Sous la direction de Mathieu Langlais, préhistorien au CNRS Laboratoire Pacea de Bordeaux, c’est une équipe de chercheurs venus des quatre coins de France qui est venue étudier une partie de cette collection extrêmement riche. Elena Man-Estier (Conservatrice au Service régional de l’Archéologie de Bretagne), Patrick Paillet (préhistorien au Musée de l’Homme à Paris) et Camille Bourdier (Maitre de conférence à l’Université de Toulouse) étaient là pour examiner les oeuvres gravées sur os et pierre. Nicolas Naudinot (Maitre de conférences à l’université de Nice Cote d’Azur) et Mathieu Langlais ont pu étudier de plus près l’ensemble des outils en silex. L’étude des ossements de faune, environ 12.000 pièces, a été répartie entre les universités de Toulouse (laboratoire Traces) et Bordeaux (laboratoire Pacea).

Cette étude est une première étape dans la nouvelle analyse du site de l’abri Murat qui ne manquera pas d’apporter quelques belles découvertes. Nous sommes impatients de recevoir à nouveau ces jeunes et sympathiques chercheurs pour la suite de leurs travaux.

Voir l’article de La Dépêche du Lot, 24 février 2017